Gilets jaunes : l’économie française résiste mieux que ses voisins

Gilets jaunes : l'économie française résiste mieux que ses voisinsGilets jaunes : l’économie française résiste mieux que ses voisins. La croissance française devrait atteindre 1,4 % cette année, selon la Banque de France. Cette performance, meilleure que celles de ses voisins européens, résulte d’une moindre exposition au ralentissement du commerce international et surtout des effets positifs attendus de la hausse du pouvoir d’achat.

Alors que l’économie mondiale ralentit, la France devrait continuer à afficher une croissance variant entre 1,4 % et 1,5 % entre 2019 et 2021.

En 2018, l’activité a freiné presque sans interruption tout au long de l’année, mais cette tendance semble être terminée, laissant penser qu'”une bonne partie du ralentissement est déjà derrière nous”, analyse Olivier Garnier, directeur général des statistiques et des études économiques à la Banque de France.

Pourquoi la France s’en sort-elle mieux que les autres? Sur le plan extérieur, l’économie tricolore ne fait pas exception et subit le gros coup frein du commerce international-qui risque d’ailleurs d’être un peu plus fort que prévu, c’est pourquoi la Banque de France prévoit une croissance de 1,4 % cette année, contre 1,5 % lors de sa précédente estimation.

À l’inverse, l’économie allemande est plus ouverte, elle exporte bien plus vers le reste du monde et par conséquent subit un choc plus violent, c’est pourquoi sa croissance devrait davantage ralentir cette année.

Les 10 milliards d’euros de mesures dites “d’urgence économique et sociale”, débloqués par Emmanuel Macron en décembre pour répondre à la crise des gilets jaunes, vont générer une hausse de 0,7 point du revenu disponible. “C’est le plus fort gain de pouvoir d’achat depuis 2007”, souligne Olivier Garnier.

L’hypothèse retenue par la Banque de France est qu’ils vont “lisser” leur consommation, autrement dit ils vont mettre une partie de cet argent supplémentaire de côté et le dépenser au fur et à mesure.

Au total, l’institut monétaire chiffre à +0,3 point de PIB l’impact des mesures “gilets jaunes” sur 2019 et 2020, le gros de ce gain étant pour cette année. Quant à la dette publique, elle ne devrait pas franchir la barre symbolique des 100 % du PIB, mais sa baisse est reportée à 2020 au lieu de cette année.

À lire également : Brigitte Bardot accuse Emmanuel Macron d’avoir fait allégeance aux chasseurs

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS