Construction : le sable du fleuve Mékong est pillé, fragilisant les écosystèmes

Construction : le sable du fleuve Mékong est pillé, fragilisant les écosystèmesLe Mékong, un des plus grands fleuves du monde qui prend sa source en Chine, est aujourd’hui menacé parce que l’on pompe son sable. Cela cause des ravages sur l’écosystème, comme par exemple au Cambodge.

Le Mékong est le fleuve nourricier de l’Asie. Près de 70 millions de personnes en dépendent pour la pêche ou les rizières. Mais ce fleuve mythique subit aujourd’hui les assauts répétés de l’homme.

Au Cambodge, des millions de tonnes de sable provenant du fleuve sont pompées. Une soif qui, progressivement, détruit les écosystèmes. À force de pomper dans le lit de la rivière, les berges se sont même affaissées à certains endroits.

Un habitant qui vit sur l’une de ses rives, aujourd’hui en reconstruction, accepte de témoigner à visage couvert. “Je ne suis pas heureux quand, je vois ce qui est pompé, parce que ça détruit les ressources naturelles”, regrette-t-il.

À VOIR AUSSI >> Les funérailles ont un impact environnemental insoupçonné

Une dizaine de militants écologistes, qui ont osé questionner publiquement ces pratiques, ont été envoyé en prison au Cambodge. Les enjeux financiers sont, en effet, énormes : le sable du Mékong permet d’alimenter des chantiers gigantesques à plusieurs milliards d’euros.

En France le problème est le même. Les carrières et les bords de mer ne sont pas infinis pour la récupération du sable pour la construction. Il faut avant tout limité dans un but environnemental la taille des nouvelles maisons à construire. Cela suffit les maisons de 500 m² et plus. La bonne taille est de 100 m² et ceci quel que soit le nombre de personnes qui compose la familles. Quoi qu’il en soit, les maisons sont à bannir à plus ou moins long terme. Il faut construire en hauteur pour loger tout ce monde trop nombreux sur notre planète.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS