Le retour de la fusée chinoise à la trajectoire « incontrôlée »

Les restes d’une fusée chinoise de plusieurs tonnes vont-ils s’écraser ce week-end sur Terre ? Depuis quelques jours, une fusée chinoise est en train de revenir sur la planète bleue, sans que l’on sache exactement ni où ni quand elle retombera. Les risques que des débris du lanceur lourd touchent une zone habitée existent, mais sont peu probables, selon des experts interrogés par l’AFP.

Sa trajectoire est hors de contrôle, non pas à cause d’une panne ou d’un incident inexpliqué, mais parce que ses concepteurs ont prévu dès le départ que le retour de l’engin se ferait de façon « naturelle ».

Avec sa masse (entre 10 et 18 tonnes), il est peu probable que l’étage de Longue-Marche se consume entièrement, relèvent les experts. De plus, « si la fusée est formée de matériaux qui ne se désagrègent pas en rentrant dans l’atmosphère, c’est plus risqué.

À LIRE AUSSI >> Le satellite européen chargé de surveiller la montée des océans

En 2020, des débris d’une autre fusée Longue-Marche s’étaient écrasés sur des villages en Côte d’Ivoire, provoquant des dégâts, mais sans faire de blessés.

En 60 ans de vols spatiaux, il y a eu quelque 6 000 rentrées non contrôlées de gros objets fabriqués par l’homme et un seul débris a touché une personne, sans la blesser, selon Stijn Lemmens, un expert de l’ESA.

Seule certitude pour l’instant : l’engin vole sur une orbite de 41 degrés par rapport à l’équateur terrestre, et ne peut donc tomber qu’à cette latitude, au Nord comme au Sud du globe. La Grèce, l’Espagne ou le Maghreb se situent notamment dans cette ceinture. La France ou l’Allemagne en sont d’emblée exclues.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire