La France mène son premier exercice militaire spatial

La France mène cette semaine son premier exercice militaire spatial afin d’évaluer ses capacités de protection de ses satellites et de surveillance dans un espace de plus en plus militarisé, devenu le théâtre de confrontations entre puissances.

L’an dernier Washington a accusé la Russie d’avoir «conduit un test non-destructeur d’une arme antisatellite depuis l’espace».

Pour «muscler» sa posture spatiale, la France a établi en 2019 une stratégie spatiale de défense et prévu d’y consacrer près de 5 milliards d’euros sur la durée de la loi de programmation militaire (2019-2025), dont 3,6 milliards pour le renouvellement de ses capacités satellitaires -CSO de surveillance optique, Ceres de renseignement électromagnétique, Syracuse de communications militaires- et de surveillance de l’espace.

Pour cela, la France dispose d’une base de données de plus de 10 000 objets spatiaux en orbite, qu’elle suit en permanence. Et elle compte d’ici la fin de la décennie se doter de satellites patrouilleurs dotés de caméras et de puissants lasers pour tenir à distance de ses satellites les engins spatiaux trop curieux.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information

Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire