Le 14 juillet, L’Europe annoncera la mort programmée de la voiture thermique

Le 14 juillet, L’Europe annoncera la mort programmée de la voiture thermiqueEn France, les mesures visant à écarter les véhicules thermiques peu à peu de la circulation se multiplient, à l’image de la vignette Crit-Air, les différents malus à la prime à la casse et, a contrario, les bonus écologiques attribués aux véhicules électriques (Ces derniers sont en baisse depuis le 1ᵉʳ juillet).

L’objectif serait de mettre en place un plan comportant plusieurs phases de restrictions, jusqu’à l’interdiction pure et simple de vente de véhicules thermiques sur le sol européen à compter de 2035.

Les véhicules thermiques ne devraient pas être les seuls à tirer leur révérence. Au même moment, l’Europe envisagerait également d’interdire la vente de véhicules hybrides.

À CONSULTER AUSSI >> Voitures électriques : Une région agricole du Portugal menacée pour une mine de Lithium

Si 14 ans nous séparent encore de l’échéance, l’étau devrait progressivement se resserrer sur la voiture à combustion interne, au moyen de normes CAFE (Corporate Average Fuel Economy), un seuil d’émissions à ne pas dépasser pour les constructeurs sous peine de sanctions.

Si l’Assemblée Nationale avait envisagé l’horizon 2040, la CFDT et la Fondation Nicolas Hulot ambitionnent quant à eux d’interdire la vente de véhicules thermiques dès 2030 en France.

D’un côté l’État aide financièrement de moins en moins a l’acquisition d’un véhicule électrique dite “propre” depuis le 1ᵉʳ juillet 2021 et de l’autre comment font faire les foyer a bas voir très bas revenus pour remplacer leur voiture par une neuve ou d’occasion ?

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS