Paiements en ligne : la nouvelle norme de sécurité qui vient bousculer vos achats

La dernière étape de la directive européenne des services de paiements (DPS2) entre en application à partir du 15 mai. Désormais les achats opérés en ligne s’accompagneront obligatoirement d’un système d’authentification forte.

À cette date, (quasiment) tous les paiements par carte bancaire effectués en ligne devront être sécurisés par une authentification renforcée, avec pour objectif de sécuriser encore davantage les achats et réduire la fraude en ligne.

“Cette directive s’applique depuis 2018, sauf pour l’un des points les plus importants du texte : le système d’authentification forte, souligne Bruno Joux, associé au sein d’Exton Consulting et spécialiste des paiements.

La plupart des établissements bancaires l’ont, en effet, anticipé et ont mis en place leur système d’authentification forte. Si le seuil en octobre 2020, était fixé à 2 000 euros, ce minimum est passé à 1 000 euros en janvier, puis 500 euros en février 2021, et 250 euros en mars.

À CONSULTER AUSSI >> Amazon ne paiera pas d’impôt sur les sociétés en Europe, malgré un chiffre d’affaires de 44 milliards d’euros

S’il ne dépasse pas 0,13% (chez la banque du commerçant) dans le cas d’une transaction de moins de 100 euros, alors l’authentification forte n’aura pas nécessairement à être appliquée.

Qu’il s’agisse d’un opérateur télécom ou d’un fournisseur d’énergie par exemple, l’authentification sera requise lors du premier règlement, mais pas forcément lors des suivants.

Les commerçants et artisans s’en souviennent encore. Un vent de panique avait soufflé sur leur activité en 2009, lors de l’application du premier volet de la directive européenne sur les services de paiement (DSP1). Cette dernière avait généralisé l’envoi d’un SMS contenant le code de confirmation du paiement, le fameux système “3-D Secure”, sans que les clients ou les professionnels eux-mêmes ne soient au courant. « Beaucoup d’e-commerçants avaient constaté une forte chute de leur chiffre d’affaires et de leur vente”, se souvient Bruno Joux. “Le risque que la DSP2 fasse à nouveau chuter les ventes n’est pas écarté”, confie un spécialiste du sujet.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire