En moins de cinq ans, les subventions aux chasseurs sont passées de 27 000 euros à 6,3 millions d’euros

En moins de cinq ans, les subventions aux chasseurs sont passées de 27 000 euros à 6,3 millions d’eurosLes subventions accordées à la Fédération nationale des chasseurs ont bondi de 27 000 € en 2017 à 6,3 millions d’euros en 2021, selon des chiffres publiés au Journal officiel le 8 août dernier et repéré par le site lanceurdalerte.org.

L’ancien député écolo Matthieu Orphelin déplore auprès du quotidien, le Parisien qu’il y ait « trop de cadeaux faits » aux chasseurs et aimerait que le gouvernement « arrête de dire oui à toutes leurs demandes, en particulier sur les chasses traditionnelles ».

L’EELV Nicolas Thierry annonce lui la saisine du gouvernement à la rentrée « pour demander plus de transparence sur l’utilisation de l’argent public alloué aux chasseurs ». Il pointe notamment du doigt l’éco-contribution de 10 euros reversée par l’État à la Fédération nationale des chasseurs, pour chaque permis validé, censée financer des projets pour la biodiversité mais qui servirait selon lui « pour beaucoup d’installations en faveur des chasseurs, notamment pour le gibier ».

Quant à l’entourage de la Première ministre Elisabeth Borne, s’il reconnaît que « les derniers chiffres peuvent surprendre », il affirme qu’ils « s’expliquent aussi par le fait que de grosses parties de l’argent qui était autrefois alloué aux fédérations départementales de chasseurs, notamment via la délivrance des permis, le sont désormais à la Fédération nationale, qui en a récupéré la prérogative ».

À CONSULTER ÉGALEMENT >> L’interdiction de la chasse à la tourterelle des bois est prolongée d’un an

Les revenus de la FNC, puisqu’elle a enregistré 28 millions d’euros de recettes annuelles en 2020 et 2021 issues des cotisations, contre 11 millions en moyenne lors des exercices précédents.

Emmanuel Macron avait à plusieurs reprises lors de son quinquennat montré son rapprochement pour la cause des chasseurs, au nombre de 4 millions en France. Outre la division du prix du permis de 400 € à 200 €, il s’était publiquement déclaré en faveur des « chasses présidentielles », qui avaient été supprimées sous Jacques Chirac. Il avait par la suite reçu le soutien officiel de Willy Schraen, président de la fédération des chasseurs, lors de la campagne présidentielle 2022.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS