Dans l’immobilier, 45 % des crédits refusés à cause du taux d’usure

Dans l'immobilier, 45 % des crédits refusés à cause du taux d'usureDepuis le 1ᵉʳ janvier, près d’une demande sur deux de prêts immobiliers, soit 45 % exactement, est refusée en France à cause du taux d’usure, c’est-à-dire le taux maximal auquel une banque peut prêter, selon un sondage Opinion System commandé notamment par l’Afib et consulté mardi 16 août par franceinfo.

Ce pourcentage de refus s’explique par une «hausse insuffisante» du taux d’usure, «fixé au 1ᵉʳ juillet à 2,57 % pour les prêts de 20 ans ou plus», affirme l’Afib dans un communiqué. «C’est le taux donné par la Banque de France chaque trimestre au-delà duquel une banque à l’interdiction de prêter.

Cela protège le consommateur face à des banques qui essaieraient peut-être de financer le consommateur sur des taux trop élevés par rapport à la moyenne du marché, ce qui est très bien, mais le problème, c’est que ce taux ne monte pas assez vite face à la hausse des taux», explique Jérome Cusanno.

« Notre crainte, c’est que tout l’écosystème de l’immobilier, toutes les professions et les salariés, soient affectés par ce problème de taux de l’usure si l’on n’y remédie pas rapidement».

D’autant plus que la moitié de ces refus de prêt immobilier liés au taux d’usure concerne les 30-55 ans , soit «la tranche d’actifs les plus aisés», observe-t-il.

À LIRE AUSSI >> Les passoires thermiques pourrait avoir de lourdes conséquences sur le marché immobilier

« On propose d’abord d’opérer une refonte du mode de calcul du taux de l’usure, parce que ce mode de calcul, c’est une moyenne des trois derniers mois, du trimestre précédent, augmentée d’un tiers, explique Jérôme Cusanno. » Nous proposons de l’augmenter de deux tiers. Cela nous donnerait une bulle d’oxygène.

« On n’a pas de boule de cristal, mais je pense que ça va continuer d’augmenter.» Jérôme Cusanno, président de l’Afib à franceinfo

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS