AirBnB : Plusieurs collectifs réclament un durcissement des mesures de location

AirBnB : Plusieurs collectifs réclament un durcissement des mesures de location« Airbnb partout, logement nulle part ». La banderole a été déroulée quelques minutes, le temps d’une opération de communication coup de poing, ce samedi après-midi devant le siège national de la start-up américaine de locations de courte durée Place de l’Opéra, en plein cœur de la capitale.

Ces associations réclament une série de mesures générales contre la prolifération des locations de meublés touristiques. « La loi doit aussi autoriser les communes de moins de 200 000 habitants qui ne sont pas en zone tendue à adopter des réglementations plus strictes pour réduire le nombre des locations de courte durée.

De même, nous réclamons d’être reçus en qualité de représentants des habitants par la commission mise en place par la ministre du Logement Emmanuelle Wargon », souligne-t-il.

Pour Franck Rolland comme pour Emma Tosini, membre du collectif « Saint-Malo, J’y vis… J’y reste ! » « l’objectif est de réussir à se fédérer contre les dérives, les excès et la massification des offres de locations de courte durée, de regrouper d’autres villes qui veulent réglementer ce type de locations ».

À LIRE AUSSI >> Les hôteliers appellent à ne plus passer par les plateformes en ligne pour réserver vos vacances

Le conseil municipal de Saint-Malo a adopté en juin deux mesures drastiques pour réduire le nombre des locations de courte durée. D’abord, il limite la location de courte durée à un seul logement par propriétaire pour une période de trois ans. Ensuite, il impose un quota de locations dans chacun des quatre quartiers de la ville.

Ainsi, intra-muros, seuls 6,25 % des logements situés dans la zone littorale peuvent être loués en courte durée, contre 12,5 % intra-muros. « Une procédure a été lancée contre cette décision municipale, mais la justice l’a rejetée, mettant en avant que la liberté de jouir de son bien est supérieure à la liberté d’entreprendre », insiste Franck Rolland, soulignant qu’« il existe des outils de régulation de la location de courte durée ».

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire