16 juillet 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Les militaires français devront probablement quitter le Tchad et le Sénégal

Les militaires français devront probablement quitter le Tchad et le SénégalSi la France réduit considérablement sa présence militaire en Afrique, comme l’annonce l’AFP, il s’agirait d’un revirement important. Les militaires sont encore présents au Tchad et au Sénégal, quant à ce dernier, il héberge encore une grande base, mais ses effectifs devraient passer de 350 à une centaine.

Ils sont 1 000 soldats français à être positionnés, en grande majorité dans la base aérienne de la capitale, mais également dans des camps dans deux villes du pays, à Abéché à l’Est et à Faya-Largeau au nord. Si les informations publiées par l’AFP sont confirmées, leur nombre passerait à 300, une manière d’être moins visible, explique un diplomate.

La venue de Jean-Marie Bockel n’est pas passée inaperçue à N’Djamena, puisque après un tête-à-tête avec le président Mahamat Idriss Déby Itno, l’ancien ministre français a déclaré à la presse que «la France doit rester».

À LIRE AUSSI >> En Ukraine, une ONG dénonce des viols de masse par les militaires russes

Depuis l’indépendance du Tchad en 1960, la France a maintenu une présence militaire de façon presque ininterrompue. Elle a toujours été doublée d’un soutien jusque-là inexorable aux régimes successifs tchadiens. De son côté, Le Tchad a toujours soutenu l’effort de guerre français au Sahel.

Ces formations effectuées par les militaires français s’adressent aux armées de terre, de l’air, mais aussi aux soldats déployés en mer pour soutenir la lutte conte la piraterie et le terrorisme dans le golfe de Guinée. Le tout dans une logique d’appui aux armées nationales plutôt qu’une lutte directe contre les groupes terroristes.

Selon les informations de l’AFP, ils ne seraient donc plus qu’une centaine à terme, mais le calendrier précis n’est pas connu et les EFS n’ont pas répondu à nos demandes de précisions.

Depuis leur arrivée au pouvoir, le président Bassirou Diomaye Faye et surtout son Premier ministre Ousmane Sonko ont exprimé à plusieurs reprises leur souhait de revoir le partenariat avec la France, à commencer par cette présence militaire française sur leur sol.

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS