“Non au politiquement correct par la terreur”, non à la censure

« Non au politiquement correct par la terreur », non à la censure. L’animateur Tex de France 2, aux commandes des Z’amours depuis 17 ans, a été remercié par la chaîne à la suite d’une «*blague» douteuse sur les violences conjugales.

Depuis trois jours, plusieurs humoristes français de premier plan ont apporté leur soutien à l’animateur de France 2. Si l’humoriste Anne Roumanoff reconnaît que la plaisanterie de son confrère était “pourrie, nulle et machiste”, elle critique la manière de procéder de France 2.

Selon elle, le cas de Tex ne peut pas être comparé à celui de Bertrand Cantat, responsable de la mort de son ex-compagne Marie Trintignant après l’avoir battue.

Dans un long message, Jean-Yves Lafesse, posté jeudi sur le réseau social, il a vivement critiqué son exclusion de France 2, avant d’appeler les autres humoristes à réagir à leur tour. “Alors Tex ressort une vieille blague bien pourrie de derrière les fagots sur une autre chaîne que la sienne en plus! Et il se fait licencier de France 2…

Jusqu’à présent, il n’y a que deux personnes du service comique qui se sont exprimées pour le défendre publiquement: Anne Roumanoff et votre serviteur, écrit-il, visiblement remonté.

« Ben quoi, les comiques, vous avez peur? De perdre vos entrées sur France 2? Vous faire défoncer par le Nouvel Ordre Moral? Tout le monde sait qu’on perd tous les jours un peu plus de liberté, dans tous les domaines et il n’y aurait que les comiques qui ne l’auraient pas remarqué, ou feindraient-ils de ne pas le voir?», poursuit Jean-Yves Lafesse.

Dans les colonnes du Parisien, Olivier de Benoist estime que les humoristes sont devenus des « cibles faciles ». « Il y avait une liberté de ton plus importante avant. Les gens cherchent la petite bête […] N’importe quelle vanne à plat peut se retourner contre soi. Pour que l’humoriste puisse rire de tout, il ne doit pas y avoir d’ambiguïté », note-t-il. Pour appuyer ses propos, Olivier de Benoist fait un parallèle avec le sketch du “viol de Monique”, signé Coluche. «À aucun moment on ne se dit que Coluche fait l’apologie du viol », martèle l’humoriste.

*« Les gars, vous savez ce qu’on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir? On ne lui dit plus rien! On vient déjà de lui expliquer deux fois!»,

À lire également : Emmanuel Macron ce président qui n’aime pas la province

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS