Que retenir de la rentrée politique du PS ?

Que retenir de la rentrée politique du PS ?Que retenir de la rentrée politique du PS ? « Nous n’avons plus le temps […] pour les calculs médiocres [et] les stratégies individuelles », a sermonné Olivier Faure, samedi devant les militants, lors de ce « rendez-vous de la gauche d’après ».

Si Olivier Faure a plaidé à Blois pour un rassemblement allant des communistes aux écolos en passant par les insoumis, l’affaire s’annonce « compliquée », de l’aveu de cadres socialistes.

Mais « Les Verts veulent acter le fait qu’ils sont passés devant le PS et montrer qu’ils sont la force montante », souligne Jean-Christophe Cambadélis.

La stratégie d’Olivier Faure, qui avait dit en juin dernier être « prêt à [se] ranger derrière celui qui incarnera le bloc social-écologiste », a en outre été malmenée par des « éléphants » du PS, et ce jusqu’à l’ancien président François Hollande. « Le Parti socialiste a le devoir de jouer [le] rôle de la grande force centrale à gauche », a déclaré François Hollande au quotidien Ouest-France samedi.

« Je pense qu’ils sont aigris, l’un comme l’autre, et que l’aigreur est la plus mauvaise des conseillères », lâche Pierre Jouvet, porte-parole du PS, regrettant auprès de 20 Minutes des « critiques, mais sans ligne claire ».

En attendant, Olivier Faure veut lancer « dans les prochaines semaines » la construction d’un « projet dont notre pays a besoin face aux crises économique, sociale, écologique, démocratique et sanitaire, qui sont aujourd’hui notre quotidien », espérant rassembler la gauche et les écolos sur des idées.

« Avec Les Verts, nous avons quelques débats et différences sur les questions de République et de sécurité, mais aucune divergence insurmontable de nature à empêcher un rassemblement », insiste Pierre Jouvet. « Ce qui peut bloquer, ce sont les égos ».

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS