La transmission aérienne du coronavirus a été sous-estimé durant six mois

La transmission aérienne du coronavirus a été sous-estimé durant six mois« Avec la crise du coronavirus, on redécouvre que des agents pathogènes peuvent circuler sous la forme aérienne, explique Gérard Dubois, professeur de santé publique, la rougeole en est l’exemple type, c’est un virus extrêmement contagieux par voie aérienne, mais on peut dans une moindre mesure attraper aussi le rhume ou la grippe de la sorte », poursuit le spécialiste qui souligne que c’est précisément ce qui justifie l’obligation de porter « systématiquement » un masque dans les espaces clos.

« Si tout le monde dans le même espace en porte un, la probabilité d’être infecté diminue par quatre, précise Francis Allard, spécialiste des flux d’air et membre du Haut conseil de la santé publique (HCSP).

« c’est vraiment un geste de prudence qui s’impose, insiste le chercheur, car certains indices laissent à penser que la Covid-19 aurait un pouvoir infectieux aérien presque comparable à celui du virus de la grippe », poursuit cet expert qui note « qu’après l’avoir été sous-estimé durant six mois, ce risque a fini par être reconnu au printemps par l’OMS » (Organisation mondiale de la Santé).

Alors pour éviter de se retrouver infecté par un voisin porteur qui s’ignore, cet enseignant-chercheur de l’université de La Rochelle préconise de renouveler l’air de l’espace de travail.

« Pour réduire la concentration virale de façon efficace, cette aération doit se faire de façon continue et non pas simplement ponctuellement, avertit-il et si une personne dans la pièce, craint les courants d’air, alors on ouvre alternativement les fenêtres de façon à diminuer la gêne ».

VAaq : le port du masque aurait dû être rendu obligatoire dans l’espace public et privé le jour du déconfinement soit le 11 mai.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS