16 juillet 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Vers la reconnaissance comme maladie professionnelle du burn-out

Vers la reconnaissance comme maladie professionnelle du burn-outVers la reconnaissance comme maladie professionnelle du burn-out. Des députés proposent que le syndrome d’épuisement professionnel soit reconnu ainsi que la création d’une agence nationale de la santé psychique au travail.

Le burn-out toucherait “des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de personnes”, selon le député Gérard Sebaoun.


Pour Gérard Sebaoun, député PS du Val-d Oise et rapporteur d’une mission d’information à propos du syndrome d’épuisement professionnel, «les réponses qui ont été données jusqu’à aujourd’hui à cette réalité sont a minima insuffisantes, voire inadéquates».

Seuls des comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles peuvent statuer au cas par cas.

Cependant, un seuil de 25 % de taux d’incapacité permanente est requis, un «verrou» qui «limite» le nombre de dossiers reconnus (418 en 2015), a regretté Gérard Sebaoun, à l’instar de nombreux professionnels.

Pour «approfondir les connaissances», la mission suggère également de créer un «centre national de référence consacré à la santé psychique au Travail», placé sous l’autorité de Santé publique France, et d’évaluer le coût économique et social, «astronomique», des pathologies psychiques liées au travail.

Ce travail parlementaire s’inscrit dans la suite de la loi Rebsamen, qui, en août 2015, avait simplifié la procédure d’accès aux comités régionaux d’évaluation.

La reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle est inscrite dans le programme du candidat PS à la présidentielle.




   

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS