La redevance audiovisuelle le duel de campagne électorale

La redevance audiovisuelle le duel de campagne électoraleEmmanuel Macron a proposé, lundi 7 mars, de supprimer la redevance audiovisuelle s’il était réélu président. La redevance audiovisuelle vit-elle ses derniers jours ? Comment serait alors financées la radio et la télévision publiques ?

La contribution à l’audiovisuel public finance France Télévisions, Radio France, Arte ou encore France 24. Emmanuel Macron, s’il est réélu, souhaiterait supprimer cette taxe. Elle s’élève à 138 euros par an et concerne 27,6 millions de foyers. En 2020, elle a rapporté 3,8 milliards d’euros. Valérie Pécresse et Marine Le Pen désirent également supprimer cette taxe, tout comme Éric Zemmour, qui veut même privatiser l’audiovisuel public.
Danger pour l’indépendance du service public

À VOIR AUSSI >> Le nouveau gendarme de l’audiovisuel et du numérique se nomme Arcom

Yannick Jadot voit dans l’annonce d’Emmanuel Macron de la démagogie. “Que le président de la République ait trouvé un terrain d’entente avec l’extrême-droite sur la redevance télé, ça en dit long sur la vision qu’il a du service public”, estime le candidat (Pôle écologiste) à l’élection présidentielle. La majorité défend et assume une mesure de cohérence pour faire baisser le pouvoir d’achat. Pour Julia Cagé, professeure d’économie à Sciences Po Paris et spécialiste d’économie politique, “on met l’audiovisuel entre les mains de la bonne volonté de l’État, et donc on réduit son indépendance”.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS