La pilule contre la Covid-19 du laboratoire américain Merck

La pilule contre la Covid-19 du laboratoire américain MerckLe laboratoire américain prévoit de demander sous peu aux États-Unis l’autorisation de commercialiser une pilule qui, selon un essai clinique, réduit par deux les risques d’hospitalisation et de décès des patients atteints de la Covid-19.

Le médicament, répondant au nom de «molnupiravir», permettrait de diminuer assez facilement les formes graves de la maladie sans avoir recours aux thérapies assez lourdes qui sont actuellement proposées. Car les traitements anti-Covid déjà disponibles sont surtout dominés par les anticorps monoclonaux, des anticorps de synthèses permettant de répondre au Sars-CoV-2 chez les patients les plus gravement atteints ou susceptibles de faire des formes graves. Mais, ces traitements sont administrés en intraveineuse, lors de passages à l’hôpital qui peuvent s’avérer assez contraignants.

Le traitement développé par Merck et son partenaire Ridgeback Biotherapeutic est un antiviral spécifiquement conçu contre le virus responsable de la Covid-19.

Merck a dévoilé vendredi les résultats de l’essai de phase III, soit la dernière phase avant son autorisation de commercialisation, dans un communiqué de presse. Cet essai a été mené sur 775 personnes avec des cas légers à modérés de Covid-19 et au moins un facteur de risque aggravant.

Anthony Fauci, le conseiller de la Maison-Blanche sur la crise sanitaire, a déjà estimé que les données de l’essai clinique étaient «impressionnantes». Par ailleurs, les résultats étaient suffisamment convaincants pour qu’un comité indépendant de surveillance des données, en consultation avec la FDA , décide d’arrêter l’essai prématurément.

À LIRE AUSSI >> Les laboratoires pharmaceutiques appelés à constituer des stocks pour éviter les pénuries de médicaments

Merck a précisé vendredi vouloir déposer un dossier auprès de la FDA, «aussi rapidement que possible», sans donner plus de précisions. Pour Eric Topol, directeur de l’institut de recherche translationnelle Scripps, le fait que l’essai ait été arrêté tant les résultats étaient bons «pourrait être considéré comme un tournant dans la lutte contre la Covid».

Avec ce médicament Merck pourrait bien remporter la seconde course de l’épidémie de Covid-19, celle des traitements, et avec cela faire du molnupiravir un des plus gros «blockbusters» de l’industrie pharmaceutique. Le laboratoire se taille une avance de choix face à son concurrent Pfizer.

Merck, par anticipation, a en tout cas déjà commencé la production de molnupiravir à grande échelle et prévoit de fabriquer les doses nécessaires pour 10 millions de traitements d’ici la fin de l’année.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS