Si vous êtes soignant et que vous n’êtes pas vacciné, vous ne pourrez plus travailler

Si vous êtes soignant et que vous n'êtes pas vacciné, vous ne pourrez plus travaillerCet homme, soignant, s’oppose à l’annonce faite lundi 12 juillet par Emmanuel Macron de rendre obligatoire la vaccination des soignants pour freiner la reprise de l’épidémie de Covid-19.

Franck côtoie tous les jours des patients sur son brancard. Elle approuve la vaccination obligatoire des soignants : “Éthiquement, un soignant qui fait le choix de porter secours et de soigner les gens ne peut pas être source de contagion pour les autres voir dans la pire des situations les tuer.

“Pour aller travailler à l’hôpital, on est tous obligés d’avoir une vaccination contre l’hépatite B”, rappelle Gauthier, microbiologiste qui travaille dans les laboratoires de l’hôpital et gère notamment les tests Covid.

Avec le vaccin contre la Covid, “ça va diminuer le risque d’attraper la Covid à l’hôpital, mais les soignants ne représentent pas un pourcentage très élevé de la population, ce n’est pas la seule population qui est exposée comme les enseignants, les pompiers, les forces de l’ordre, les restaurateurs qui voient tous les jours du monde.

À CONSULTER AUSSI >> Si les soignants étaient vaccinés, il serait encore en vie

Pour Gauthier, ce ne serait pas incohérent d’élargir la vaccination obligatoire dans un pays où 11 vaccins sont déjà obligatoires pour les enfants. “Quand on voit ce que le virus a fait à notre système hospitalier, ça ne me paraît pas aberrant.”

Si on ne veut pas faire une vaccination obligatoire à tous les plus de 12 ans, je pense qu’il faudrait plus appliquer déjà cette vaccination dans un premier temps à toutes ces populations.”

Quelques minutes après les annonces du président Macron, Olivier Véran en a précisé les modalités. Selon le ministre de la Santé, interrogé sur LCI,”à partir du 15 septembre, si vous êtes soignant et que vous n’êtes pas vacciné, vous ne pourrez plus travailler et vous ne serez plus payé.” Encore une fois ces annonces interviennent vraiment tard, très tard pour lutter contre l’épidémie !

Pour la troisième dose comme le suggère Emmanuel Macron, l’OMS s’est récemment montrée sceptique sur le recours à une troisième dose, son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, estimant que ce n’était “pas une priorité”, la vaccination offrant “une immunité durable contre la Covid-19 grave et mortel”. La priorité, selon lui, est “de vacciner ceux qui n’ont reçu aucune dose et protection”, avant de procéder à de tels rappels.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS