Un cas du variant sud-africain détecté dans la région Nantes

L’annonce a été faite jeudi soir lors du point presse du gouvernement. Une personne dans « la région de Nantes » ​a été contaminée par le variant sud-africain du coronavirus, a indiqué le ministre de la santé Olivier Véran, qui parlait alors de « cluster ».

Ce vendredi, l’Agence régionale de santé (ARS) des Pays-de-la-Loire confirme l’information, en n’apportant que très peu de précisions.

« Le Centre National de Référence (CNR) des virus respiratoires vient de confirmer (…) la présence d’un cas de Covid-19 avec variante 501.V2 (« dite sud-africaine »). Cette personne a vraisemblablement contracté le virus lors d’un voyage au Mozambique pendant les fêtes de fin d’année. »

D’après l’ARS, « des cas secondaires, au sein du foyer familial, dans la région de Nantes, ont été identifiés dans le cadre du contact tracing réalisé par l’ARS et ont reçu des consignes d’isolement. Les investigations se poursuivent pour s’assurer de la maîtrise de la chaîne de transmission. » On ne connaît pas l’état de santé des personnes.

D’autres cas de ce variant, qui pourrait être plus transmissible mais pas intrinsèquement plus dangereux, ont été récemment identifiés en Ile-de-France. Ces patients avaient eux aussi participé à ce voyage d’une congrégation religieuse, au Mozambique.

En début de semaine, trois cas du variant britannique, cette fois, avaient été détectés autour de Cholet selon 20minutes.fr

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire