Pourquoi le nombre de morts sur les routes, en France, ne baisse plus ?

Pourquoi le nombre de morts sur les routes, en France, ne baisse plus ?«Depuis 2013, on a atteint une sorte de plateau », souligne Gilles Andréani, président de la 4ᵉ chambre de la Cour des comptes. Et si l’on compare la France à ses voisins, ce n’est guère plus flatteur : « Du 7ᵉ rang dans l’Europe des Vingt-huit en 2008, elle est passée au 14ᵉ en 2019 », constate Gilles Andréani.

D’autres explications permettent de comprendre le palier atteint : « La présence des forces de l’ordre au bord des routes a baissé de 40 % depuis 2008, ce qui a entraîné un moindre contrôle de l’alcoolémie et de l’usage des stupéfiants chez les conducteurs », souligne Gilles Andréani. Une tendance qu’explique Dominique Antoine, conseiller-maître à la Cour des comptes, « par les autres priorités des forces de l’ordre ces dernières années : la lutte contre le terrorisme, l’application des mesures sécuritaires liées à la crise de la Covid-19 ».

Pour gagner en efficacité, la Cour des comptes suggère que la sécurité routière ne soit plus uniquement pilotée par le ministère de l’Intérieur, mais « que le ministère des Transports y joue un rôle accru ». Une mesure insuffisante, selon Chantal Perrichon : « Il faut que la Délégation à la sécurité routière dépende du Premier ministre, afin que tous les ministères soient impliqués : Intérieur, Santé, Éducation, Transports, Justice ».

À LIRE AUSSI >> Téléphone au volant : le permis sera désormais retenu en cas d’infraction

Pour sortir du « tout radar », la Cour des comptes recommande aussi « une présence maintenue, active ou dissuasive, des forces de sécurité au bord des routes et dans le flux de circulation, en particulier de la part de la Police nationale ». »

Dernier point, mais non le moindre, les Sages recommandent au gouvernement de « rechercher une plus grande adhésion » de la population sur les mesures de sécurité routière.

« Le fantasme court toujours sur le fait qu’ils seraient une pompe à fric. Alors qu’ils rapportent beaucoup moins à l’État (un milliard d’euros en 2019) que ce que coûte la politique la sécurité routière (3,7 milliards d’euros en 2019) », souligne Gilles Andréani.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS