Conditions de travail : syndicats et patronat de l’hôtellerie-restauration autour de la table pour négocier

Conditions de travail : syndicats et patronat de l'hôtellerie-restauration autour de la table pour négocierComment améliorer le travail dans l’hôtellerie-restauration ? Le secteur accuse une perte de 237 000 employés entre février 2020 et février 2021, selon la Dares et peine à recruter.

Après une augmentation des salaires décidée en décembre 2021, patronat et syndicats du secteur se retrouvent mardi 22 février pour négocier sur les conditions de travail.

Plusieurs pistes sont sur la table à commencer par la mise en place d’un 13ᵉ mois. Il permettrait de compenser des conditions de travail jugées parfois difficiles.

SUR LE MÊME SUJET >>> Les salariés veulent rendre plus attractifs leurs métiers de l’hôtellerie et de la restauration

Le métier est dur parce que l’on est debout toute la journée, on n’a pas beaucoup de temps pour manger et il faut s’adapter avec les clients», explique un serveur à Paris depuis huit ans.

Pour une, serveuse depuis trois ans, il y a des choses à améliorer : «Un 13ᵉ mois, plus de jours de congés et un petit peu moins d’heures de travail.» Car la serveuse est aussi une jeune maman, ce qui n’est pas toujours facile dans ce métier. «Mes horaires sont de 7 h 30 à 16 heures après, c’est la course pour rentrer à la maison, récupérer le petit, etc…

D’autres propositions sont à l’étude, comme la majoration des heures de nuit et des dimanches, avec un objectif pour patronat et syndicats : rendre les métiers de la restauration plus attractifs.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS