Recharge sans fil : vers un (gros) problème environnemental ?

Chargeur à induction« Le monde serait probablement mieux si nous nous en tenions tous à de bonnes prises à l’ancienne », regrettait Eric Ravenscraft, à la suite d’une publication alertant sur les technologies de recharge sans fil pour nos appareils électroniques. Mais les données sont alertantes : de 39 à 80 % d’électricité utilisée supplémentaire…

La technologie de recharge sans fil, à induction, possède une limite : une partie de l’électricité est perdue, en particulier en énergie thermique (chaleur).

L’une des meilleures position pour un smartphone : sur un socle tenant le smartphone dans une position inclinée, la bobine est bien alignée en hauteur.

Avec un socle horizontal, où le positionnement du smartphone est moins guidé, ont mesure une hausse de 80 % de l’électricité supplémentaire nécessaire pour recharger le smartphone, par rapport à un câble sur un chargeur classique.

Autre limite détectée sur les chargeurs à induction : une consommation indépendante au socle, lorsqu’aucun smartphone n’est posé.

« Si les 3 milliards [voir plus] de smartphones en cours d’utilisation, nécessitent 50 % de puissance en plus pour se recharger, cela représente une somme considérable et donc « Un impact mesurable sur le réseau électrique mondial ».

« Le monde serait probablement mieux si nous nous en tenions tous à de bonnes prises à l’ancienne ».




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire