BNP Paribas va lancer la première carte bancaire biométrique

Grâce à cette innovation technologique «made in France», la carte bancaire s’affranchit de son code confidentiel. La banque privée suisse Cornèr Banque et la britannique NatWest testent la commercialisation d’une telle carte pour quelques « happy few » mais « BNP Paribas sera la premiere cet automne à proposer un premier lot de 10 000 à 15 000 cartes biométriques Visa Premier », annonce Jean-Marie Dragon, responsable monétique et paiements innovants chez BNP Paribas.

A l’image du paiement sans contact, dont le plafond vient d’être relevé à 50 euros, il n’y a aura qu’à mettre son doigt sur la carte bancaire biométrique, à quelques centimètres du boîtier du commerçant, pour que la transaction s’effectue dans les mêmes conditions de sécurité qu’une carte bancaire classique. Un voyant lumineux vert s’allumera sur la carte tandis que le terminal émettra un « bip ».

« Cette carte contient plusieurs innovations de haute technologique, explique Sylvie Gibert, vice-présidente en charge des cartes de paiement chez Thales, à l’origine de la future carte biométrique de BNP Paribas.

« Entre autres défis, il a fallu intégrer davantage de composants, le capteur d’empreinte et le circuit électrique, tout en gardant la dimension et l’épaisseur d’une carte ordinaire », ajoute Aurélie Tournant, experte carte biométrique et marketing produit chez Thales. Dans l’Hexagone, où est née la carte à puces, les paiements par carte représentent 60 % des transactions courantes.

Tout le monde n’est cependant pas aussi positif. « Attention, prévient Serge Maître, président de l’Association française des usagers des banques (Afub), il ne faut pas que ces cartes biométriques aggravent le mal endettement. A force de faciliter et de banaliser les paiements sans contact, on incite les ménages à les multiplier sans compter avec le risque d’une utilisation inconsidérée voire dangereuse », s’inquiète-t-il.




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire