Formule 1 : Alpine lance un programme pour se féminiser

Formule 1 : Alpine lance un programme pour se féminiserDans les faits, en 72 ans, seules deux femmes ont pris le départ d’un Grand Prix, Maria Teresa de Filippis en 1958 et Lella Lombardi de 1974 à 1976. En lançant son programme «Rac(H)er», jeudi 30 juin, Alpine entre dans la course. Avec «Rac(H)er», traduction mêlée de «pilote» et de «elle», Alpine veut «faire tomber les barrières sociétales et les clichés» qui empêchent les femmes d’accéder à l’élite du sport automobile, explique à l’AFP son PDG Laurent Rossi.

«Il faut vraiment que l’on puisse dès le plus jeune âge pouvoir détecter le potentiel et suivre le programme d’entraînement», explique Claire Mesnier, directrice des ressources humaines d’Alpine.

La marque dieppoise veut d’abord démonter une vieille croyance et montrer que «les femmes sont au moins aussi capables que les hommes de conduire des F1», explique Rossi. Il prend l’exemple des «femmes qui pilotent des avions de chasse, qui sont astronautes, qui encaissent des G autrement plus violents, certes potentiellement un peu différents».

Alpine va travailler avec «l’Institut du cerveau sur la partie cognitive, des physiothérapeutes et kinés sur la partie physique, un thésard sur la partie émotionnelle», abonde Claire Mesnier, pour «rechercher si sur ces différentes composantes il y a des différences, entre hommes et femmes.

À VOIR AUSSI >> La voiture de luxe française Delage veut renaitre de ses cendres

En France comme en Angleterre, où se situent les deux usines «moteur» et «châssis» de l’écurie, ces filières comptent respectivement 32 % et 23 % d’étudiantes, pour encore moins d’ingénieures diplômées, rappelle Claire Mesnier.

Alpine, qui compte uniquement 12 % d’ingénieures, se fixe pour objectif d’arriver à 30 % en cinq ans, en instaurant la parité dans le recrutement.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS