Les rails de la SNCF aiguisent les appétits des concurrents

Les TERIl est désormais possible pour une autre compagnie que la SNCF de faire rouler des trains TER et des trains Intercités sur les 30 000 km de voies de l’Hexagone. « L’ouverture se fait d’abord sur les trains subventionnés, c’est-à-dire payés à 70 % par les impôts des Français, confie un cadre de la SNCF. Restera les trains d’Ile-de-France »

Sur le papier, il s’agit d’un Big Bang. D’abord, parce que si elles en ont la possibilité, les régions (qui gèrent les TER) et l’Etat (en charge des trains Intercités) n’auront l’obligation de lancer les appels d’offres qui permettraient, éventuellement, de désigner une compagnie différente de la SNCF, qu’à partir de 2023.

FlixTrain, qui appartient au même groupe que FlixBus (FlixMobility Gmbh, entreprise allemande), lorgnerait sur des trains de nuit. »

Plus de trains, moins chers ? « En Allemagne, le marché est ouvert depuis 1995 et le bilan, c’est plus de trains et de services, assure Michel Quidort, en charge des questions européennes à la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT).

Les syndicats de la SNCF préfèrent eux regarder de l’autre côté de la Manche : « Pour la deuxième fois en deux ans, le gouvernement anglais vient de renationaliser des lignes, se moque l’un d’eux. La qualité de service n’était pas au rendez-vous ».

Lire aussi : Interdiction : le broyage des poussins et la castration a vif des porcelets




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire