Les relations amoureuses au travail, que dit la loi ?

Les relations amoureuses au travail ne sont pas rares. Les juges suprêmes ont eu à connaitre à plusieurs reprises d’affaires ou l’un des salariés, voire parfois les deux concernés par la relation amoureuse, ont été licenciés. Ayant contesté leur licenciement au nom du respect de la vie privée, la Cour de cassation a dû trancher.

Un beau jour, la relation amoureuse tourne vraiment mal au point que le formateur espionne sa collège au moyen d’une balise GPS qu’il installe à son insu, dans sa voiture personnelle, pour connaitre tous ses déplacements. Et via la messagerie professionnelle de la banque, il lui envoie des messages plutôt très privés alors qu’il semblerait que la collègue en question lui ait signifié clairement la rupture de leurs relations amoureuses.

LIRE AUSSI >> Les cadenas de l’amour menacent les ponts de Paris

C’est d’ailleurs très souvent le cauchemar des employeurs qui craignent que la relation finisse mal et que le malaise créé par la rupture rejaillisse sur la qualité du travail.

Si le conseil des prud’hommes donne raison à l’employeur, la cour d’appel et la Cour de cassation appelées à rejuger de l’affaire, estiment quant à elles, le licenciement injustifié. La Cour de cassation, qui a confirmé la décision de la cour d’appel, estime que les faits concernent la vie privée des salariés.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information

Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire