Dans les prochaines semaines, les courses risquent de coûter de plus en plus cher

Dans les prochaines semaines, les courses risquent de coûter de plus en plus cherLes agriculteurs et les fabricants de produits alimentaires demandaient une hausse des prix pour amortir les surcoûts. Les négociations avec la grande distribution se sont terminées la nuit dernière, mardi 1ᵉʳ mars. Une augmentation de 3 à 4 % va s’afficher très vite dans les rayons des supermarchés. Ceci étant avant la guerre en Ukraine.

“Elles vont se traduire par une augmentation des prix de l’ordre de 3 % à 4 %, ce qui est très important par rapport à ce que l’on a connu ces dernières années”, explique Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce.

À CONSULTER AUSSI >> Loi Alimentation : « Le constat d’échec est sans appel »

Parmi les produits concernés, il y a les pâtes, la viande, la volaille, le lait ou encore les œufs. “Ça se sent quand même sur la note finale”, affirme une consommatrice. Dans les prochaines semaines, ce sont les prix des produits de grandes marques qui devraient augmenter, pour compenser la hausse des prix des matières premières. Cela est insuffisant pour un représentant des industriels, car cela ne prend pas en compte les frais de transport ou d’emballage. De nouvelles négociations pourraient avoir lieu, parce que la guerre en Ukraine va affecter les prix du transport et de l’énergie.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS