Climat : Seul 2% de la grande barrière de Corail a échappé au blanchissement

Climat : Seul 2% de la grande barrière de Corail a échappé au blanchissementDepuis 1998, seule une infime partie de ce gigantesque écosystème marin a échappé au blanchissement, selon une étude publiée jeudi. Ce phénomène de dépérissement, qui se traduit par une décoloration, est particulièrement intense lors des canicules.

Alors que l’Australie s’affirme un peu plus comme le mouton noir de l’écologie, l’un de ses joyaux pourrait bien en pâtir indirectement. Il est dû à la hausse de la température de l’eau, celle-ci entraînant l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments. Selon l’article paru dans la revue « Current Biology », seulement 2 % de cet immense écosystème sous-marin a échappé au phénomène depuis le premier grand épisode de blanchissement en 1998, année la plus chaude de l’histoire. Ce record a, depuis, été battu à plusieurs reprises.

Inscrite au Patrimoine mondial par l’Unesco en 1981, la Grande barrière a subi trois épisodes sans précédent de blanchissement lors des canicules de 2016, 2017 et 2020. Des chercheurs ont assuré en juillet que les coraux avaient montré des signes de guérison depuis le dernier blanchissement. Reconnaissant par ailleurs que les perspectives à long terme de cet écosystème de 2 300 km de long sont « très mauvaises ».

À LIRE AUSSI >> La Grande barrière de corail australienne menacée

Le récif est aussi menacé par des cyclones, plus fréquents avec le changement climatique, et par l’acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux qui a proliféré à cause de la pollution et des ruissellements agricoles.

À la COP26, l’Australie, un des principaux exportateurs d’énergie fossile, s’y est engagée à atteindre la neutralité carbone en 2050, refusant de fixer la date plus ambitieuse de 2030.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS