Les économistes divisés sur une possible récession technique en 2022

Les économistes divisés sur une possible récession technique en 2022Comme ailleurs dans la zone euro, la reprise post-Covid de l’activité dans l’Hexagone commence à être freinée dans son élan par les effets de la guerre menée par la Russie en Ukraine .

Pour la France, le Fonds Monétaire International a revu à la baisse, mardi, sa prévision de croissance de 0,6 point par rapport à son estimation de janvier, contre une révision de 1,1 point pour la zone euro et de 1,7 point pour l’Allemagne. L’organisation table désormais sur une hausse du PIB de 2,9 % dans l’Hexagone cette année et de 1,4 % en 2023. Fin 2021, l’acquis de croissance pour l’année 2022 s’élevait en effet, à 2,4 %.

« Contrairement à beaucoup d’autres pays, la France échappera de justesse à une récession technique cette année, mais l’activité devrait être étale, assure-t-il. Selon Philippe Waechter, chez Ostrum Asset Management, la croissance française en 2022 devrait se situer autour de 2,5 %. » « L’estimation du FMI pour la France est plutôt optimiste, estime-t-il. Elle prend acte du ralentissement de l’activité, mais n’intègre pas l’idée d’une entrée durable en récession» informe lesechos.fr.

À VOIR >> En 2021, le rebond de la croissance a réduit le poids de la dette et du déficit

L’impact sur l’activité est déjà visible. 60 % des industriels jugent qu’elles grippent la production. La Banque de France, a ramené de 0,5 % à 0,25 % sa prévision de croissance au premier trimestre. Les entreprises françaises risquent de subir le contrecoup du ralentissement de l’économie allemande, premier partenaire commercial de l’Hexagone. L’inflation, qui a atteint 4,5 % en France en mars, devrait se maintenir à un niveau élevé pendant de longs mois.

La consommation, premier moteur de la croissance dans l’Hexagone, pourrait en souffrir. Ce dernier prévoit à ce stade une hausse de 3 % du PIB en France en 2022, grâce à un rebond « limité en fin d’année qui serait de courte durée, avant un ralentissement global de l’activité au second semestre 2023 ». Mardi, le FMI a également abaissé sa prévision de croissance pour l’Hexagone en 2023, de 1,8 % à 1,4 %. « S’il n’y a pas de nouveaux chocs, la France retrouvera l’an prochain sa croissance potentielle d’avant la pandémie », observe de son côté Gilles Moëc, chef économiste d’AXA.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS