Des économistes veulent mieux cibler l’argent caché des oligarques russes

Des économistes veulent mieux cibler l’argent caché des oligarques russesDes économistes de renom, dont les Français Thomas Piketty et Gabriel Zucman, le prix Nobel américain Joseph Stiglitz, mais aussi la juge française Eva Joly, exhortent les dirigeants du G 20 à créer un registre mondial des actifs afin de mieux cibler les fortunes cachées.

« Le cas des oligarques russes est éloquent » dans la dissimulation de fortunes au sein de structures opaques, écrivent-ils dans une lettre publiée ce mardi dans le quotidien britannique The Guardian, à la veille de la tenue, mercredi, du G 20 Finances, qui rassemblera l’ensemble des pays les plus riches du monde.

Mi-mars déjà, l’Observatoire fiscal de l’Union européenne, un groupe de réflexion indépendant hébergé par l’École d’économie de Paris, où enseigne Piketty, avait appelé l’UE à établir un registre complet des bénéficiaires effectifs des sociétés fictives qui pullulent dans le monde. L’Observatoire estimait que la moitié de la richesse totale des ménages russes était détenue à l’étranger.

À CONSULTER AUSSI >> “Poutine a réussi le tour de force d’unifier les Européens comme jamais”

Afin de gagner en efficacité contre ces fraudes massives, l’ICRICT appelle à l’instauration d’un registre mondial des actifs, permettant de « relier tous les types d’actifs, de sociétés et d’autres structures juridiques non pas à leur propriétaire légal, qui n’est souvent qu’une façade, mais au bénéficiaire effectif, la personne qui les possède réellement ».

« Il reste encore beaucoup à faire pour réformer un système financier international défaillant qui est actuellement biaisé en faveur des riches champions de l’évasion fiscale », écrivent les membres de l’ICRICT, reconnaissant toutefois certains progrès accomplis ces dernières années.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS