L’essor du crédit immobilier court-il un risque de bulle immobilière ?

Les crédits immobiliers ont pour la première fois dépassé 1.000 milliards d’euros d’encours l’an dernier en France et s’effectuent dans des conditions qui n’ont jamais été aussi favorables.

Conséquence, les crédits immobiliers n’ont fait qu’augmenter depuis. L’envol des crédits immobiliers français fait courir un risque d’endettement excessif aux ménages, tout en pesant sur le modèle économique des banques, a estimé mardi 1er octobre le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), qui regroupe notamment le ministère de l’Économie et la Banque de France.

« On n’est pas tous seuls à se poser des questions », a souligné à l’AFP une source au sein du HCSF, rappelant que le Comité des surveillance des risques systémiques (ESRB) de la BCE avait détaillé en septembre des inquiétudes sur les marchés immobiliers de plusieurs pays européens, dont la France.

Il se montre aussi « vigilant » pour les banques elles-mêmes et leur modèle économique, surtout si les particuliers devaient se remettre à renégocier en masse leurs crédits immobiliers comme ce fut le cas voici quelques années.

Certains acteurs du marché commencent pour autant à évoquer un risque partiel de bulle immobilière, même si celle-ci serait loin de concerner l’ensemble du territoire français et se concentrerait sur Paris, qui vient de franchir la barre symbolique des 10.000 euros le mètre carré en moyenne.

Désormais, « Paris est la ville européenne la moins abordable », a jugé cette semaine la banque suisse UBS, dans une comparaison annuelle sur les prix immobiliers dans une vingtaine de grandes métropoles mondiales, soulignant que les prix à l’achat y sont déconnectés du niveau des revenus et des loyers.

« En outre, depuis 2006, les prix parisiens sont découplés du reste du pays », a-t-elle ajouté. « En conséquence, le marché de la capitale française est entré dans la zone à risque de bulle. »

Lire aussi : Le plus efficace pour le climat c’est d’avoir moins d’enfants




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire