La 5G : Risques pour la santé physique et mentale ?

AntenneLe déploiement imminent de la 5G en France inquiète. Des ONG craignent des conséquences néfastes sur la santé et réclament aujourd’hui un moratoire. Face à cette nouvelle technologie, doit-on se méfier ?

Selon l’Agence nationale des fréquences (ANFR), la 5G conduira « inéluctablement à aggraver cet état de fait ». Il compare la 5G a une « grosse boîte à outils », dont les propriétés, la vitesse, la puissance, devraient permettre de connecter un grand nombre de terminaux et de développer l’Internet des objets.

Avec plus de bandes dédiées à la téléphonie mobile, l’exposition va augmenter, mais une partie des futures antennes va en parallèle contribuer à les réduire ». En effet, si une partie des bandes utilisées pour la 5G est très proche de celles aujourd’hui occupées par la 4G, des bandes dites « millimétriques » vont également être déployées. Leurs ondes sont plus courtes, leur portée diminue, et leur nombre devrait donc se multiplier pour atteindre une couverture conséquente.

« Si vous vous trouvez au beau milieu de la campagne et que vous n’utilisez pas de téléphone 5G, ces ondes ne vous atteindront pas », note Gilles Brégant. Si, dans un premier temps, leur nombre va augmenter, les opérateurs vont par la suite transformer une partie des bandes existantes pour les convertir, en quelque sorte, en 5G.

L’Anses ( L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail ) précise qu’elle ne se prononce pas sur l’arrivée prochaine de la 5G.

De nombreuses associations réclament en tout cas que cesse le déploiement de la 5G, arguant, comme le note le site Reporterre, qu’aucune « étude épidémiologique » n’ait été faite.

Les débats autour de la 5G cristallisent des peurs bien au-delà de nos frontières, en témoigne l’appel international lancé en octobre dernier, réunissant des scientifiques, médecins, citoyens.

Gilles Brégant, le directeur général de l’ANFR, rappelle que la mise aux enchères des fréquences 5G va débuter cet automne, une véritable manne financière pour l’État.

Alors secrétaire d’État en charge du Numérique, Mounir Mahjoubi souhaitait que la France soit « au rendez-vous de la 5G », une technologie qui constituait à ses yeux « un enjeu stratégique pour que l’industrie française demeure une industrie d’innovation à l’échelle mondiale ».

Comme toujours des études fiables seront faites a postériori avançant probablement des problèmes de santés.

Lire aussi : L’essor du crédit immobilier court-il un risque de bulle immobilière




Vous pourriez aussi aimer

Sortir
Masquer