Le harcèlement scolaire, un fléau

Le harcèlement scolaire, un fléauAux abords d’un collège en région parisienne, le mot harcèlement ne laisse aucun jeune indifférent. Presque tous ont un témoignage à livrer. Une élève de troisième a été harcelée par des camarades de classe.

Six ans plus tard, elle en parle toujours avec émotion. « Ils trouvaient tous les prétextes possibles, parce que j’étais réservée, c’est tout. J’avais les deux dents écartées, je me faisais frapper. Ç’a duré deux ans », confie-t-elle.

Selon des adolescents interrogés, la moindre différence est prétexte pour harceler. Ce mécanisme, des collégiens de Marseille (Bouches-du-Rhône) l’analysent parfaitement. « En gros, déjà, ils te ciblent, ils inventent des rumeurs. Si tu n’es pas content, ils font des menaces », dit une élève. « Ils ne vont jamais agir seuls », ajoute un jeune garçon.

À CONSULTER AUSSI >> Terminé le sein nue sur les plages et les tristes raisons qui incitent les femmes à ne plus les exposer

Une femme, dont la fille s’est suicidée il y a 23 ans à la suite du harcèlement qu’elle subissait à l’école, alerte sur les signes avant-coureurs : baisse des résultats scolaires, changement d’activité, mutisme, somatisation, ou encore « un enfant qui n’est plus invité aux anniversaires ».

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS