Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

L’Office français de la biodiversité est le bouc émissaire du monde agricole

L'Office français de la biodiversité est le bouc émissaire du monde agricoleDes locaux de l’Office français de la biodiversité ont une nouvelle fois été pris pour cible, gratuitement, vendredi 2 février. Sans compter un Premier ministre aligné sur les revendications de la FNSEA. Du purin a été déversé et des murs de paille érigés devant une antenne de l’OFB à Mende en Lozère par une quarantaine d’agriculteurs de la Coordination rurale.

Des bâtiments aspergés de lisier, voire incendiés, des agents menacés ou pris pour cible personnellement, sans compter un Premier ministre aligné sur les revendications de la FNSEA.

«Désormais, l’OFB sera sous la tutelle du préfet, a annoncé Gabriel Attal face aux agriculteurs, le vendredi 26 janvier. Faut-il vraiment venir armer quand on vient contrôler une haie ?». 2 700 contrôles ont été effectués en 2023. Cela reste limité, assure le Guillaume Rulin : «On a 400 000 exploitations, donc on a contrôlé à peine 0,75 % des exploitations en France. Il y en a seulement 86 qui ont fait l’objet d’un rapport de manquement. Donc quand on parle de harcèlement et de pression des agents de l’OFB sur le monde agricole, on a été surpris».

Ces contrôles sont aujourd’hui suspendus et les agents sont inquiets. Pour Véronique Caraco-Giordano, secrétaire générale du syndicat national de l’environnement, c’est la raison d’être de l’OFB qui est en jeu.

À LIRE ÉGALEMENT >> Allégations trompeuses sur l’environnement : les eurodéputés trouvent un accord pour les interdire

Au quotidien, les 3 000 agents de l’Office français de la biodiversité sont chargés de diverses missions : contrôle de la chasse et de la pêche, lutte contre le braconnage, gestion des ressources en eau ou encore développement de projets environnementaux.

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS