Avec Gaia-X la France et l’Allemagne donnent le coup d’envoi au projet de «meta-cloud» européen

Salle de serveurs informatiquePorté par 22 acteurs des deux pays, Gaia-X veut offrir une alternative crédible pour que les entreprises européennes puissent retrouver la souveraineté de leurs données.

Bruno Le Maire et son homologue allemand Peter Altmaier donnent aujourd’hui le coup d’envoi au projet Gaia-X, dans lequel s’engagent onze entreprises françaises et onze entreprises allemandes, soutenues par les deux États.

L’objectif à terme est de créer une infrastructure européenne de données, pour offrir à des entreprises une alternative aux fournisseurs de cloud américains et chinois.

Parmi les entreprises françaises, Atos, EDF, Dassault systèmes, OVH , Scaleway (Iliad), Orange… Côté allemand, SAP, Deutsche Telekom et Siemens font partie de l’aventure.

Or depuis le «Cloud Act» signé en 2018 aux États-Unis , l’administration américaine peut demander aux entreprises américaines de livrer les données de leurs clients, y compris celles stockées hors des États-Unis.

Les entreprises européennes ont donc urgemment besoin d’une alternative, au moins pour leurs données les plus sensibles. «Gaia X doit permettre d’offrir plus de visibilité pour les offres européennes existantes et plus de lisibilité pour les entreprises utilisatrices» résume Yann Lechelle, le PDG de Scaleway.




Vous pourriez aussi aimer

Laisser votre commentaire

Sortir
Masquer