La Russie en guerre contre l’Ukraine utiliserait des dauphins pour défendre ses ports

La Russie en guerre contre l'Ukraine utiliserait des dauphins pour défendre ses portsDes images satellites de la mer Noire dévoilées par plusieurs médias américains, dont NBC News​, font état dans le port de Sébastopol, en Crimée, d’enclos à dauphins. S’il y a bien un point sur lequel les experts sont unanimes, c’est bien que le dauphin n’a rien à envier à James Bond au niveau intellectuel.

« On peut lui faire apprendre une très grande quantité d’exercices », explique Fabienne Delfour, ethologue et cétologue. Grâce à son écholocalisation de pointe, le dauphin agit comme un véritable radar sous la mer.

On comprend mieux l’intérêt qu’il y aurait à le poster comme « chien de garde » dans un port stratégique. D’autant que s’il dispose d’assez d’espace, de profondeur et qu’il est bien nourri, le dauphin n’a pas de raison de s’échapper. Un chien de garde, donc, mais peut-être pas un chien d’attaque. Un dauphin peut apprendre un itinéraire par chœur, aller d’un point A à un point B, remplir une mission de repérage avec une caméra sur le dos.

« On a même essayé de leur faire poser des mines », ajoute Fabienne Delfour. Les dauphins devaient alors se coller à la coque d’une cible, et le dispositif était relâché par magnétisme ou par une commande à distance. « On sait que certains se sont égarés, d’autres ont déserté », s’amuse Fabienne Delfour. Pour l’ethologue, un cétacé peut très bien se détourner de sa mission s’il ne la trouve pas assez amusante ou s’il est lassé de jouer.

CONSULTER CECI ÉGALEMENT >> Certaines municipalités arrêtent leur jumelage avec la Russie

Car, capable de manipuler une information et de tromper, le dauphin peut très bien revenir demander sa récompense sans avoir rempli son devoir. C’est sans doute ce manque de fiabilité qui a fait que des armées, notamment celle des États-Unis, ont préféré se tourner vers d’autres espèces, selon Fabienne Delfour.

Après la découverte, en avril 2019, par des pêcheurs norvégiens d’un beluga équipé d’un harnais estampillé « Equipment of St Petersburg », l’hypothèse de l’utilisation d’animaux marins par l’armée russe à des fins militaires se renforce.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS