Le gouvernement ne veut pas de l’individualisation de l’allocation adultes handicapés (AAH)

Le gouvernement ne veut pas de l'individualisation de l’allocation adultes handicapés (AAH)Mise à jour le 08 octobre 2021 – La droite comme la gauche, défende une « déconjugalisation » de l’allocation adultes handicapés, c’est-à-dire de la calculer sans tenir compte des revenus du conjoint, contrairement à ce qui est fait aujourd’hui.

Le député profite d’une niche parlementaire LR, ces journées réservées aux textes d’un groupe minoritaire à l’Assemblée. Le Sénat dominé par la droite a aussi mis à son ordre du jour le sujet le 12 octobre.

Le fait que certains soient amenés à choisir entre vivre en couple au risque de voir leur allocation diminuer, ou la conserver, mais en renonçant sur le plan légal à leur union, est au centre des polémiques. L’opposition s’indigne de ce « prix de l’amour » pour les handicapés et trouve quelques soutiens dans la majorité, notamment chez Agir à l’aile droite.

“Je suis favorable à ce que vous receviez individuellement l’allocation, que vous soyez riche ou pauvre », insiste la cheffe du groupe socialiste Valérie Rabault. « Il est temps », selon elles, de « considérer cette allocation avant tout comme un revenu individuel d’existence ».

SUR LE MÊME SUJET >> Réforme de l’Allocation Adulte Handicapé : le gouvernement bloque le vote des députés

Le groupe LREM réplique que « déconjugaliser » l’AAH bénéficiera sans distinction aux modestes et aux fortunés, et reviendrait à remettre en cause « l’ensemble du système de protection sociale français fondé sur la solidarité sociale et familiale », avec un effet boule de neige pour toutes les aides sociales.

Outre l’AAH, le groupe LR défend jeudi 7 octobre six autres textes comme des propositions de loi de Julien Aubert pour « dire stop à la prolifération anarchique des éoliennes » ou d’Anne-Laure Blin réclamant « un ticket restaurant étudiant », afin de pallier les zones blanches sans restaurants universitaires.

« Les députés de droite portent aussi des résolutions pour faire de la « lutte contre la disparition des abeilles » une « grande cause nationale en 2022″, ou réclamer « une filière française de production et de recyclage des masques de protection sanitaire ».

Durant cette niche parlementaire, le chef du groupe LR Damien Abad entend mettre en avant le visage « social » ou « environnemental » de la droite, qui est « capable de parler d’autres sujets que des questions de sécurité et d’immigration, même si elles sont fondamentales ».

La proposition de loi concernant l’individualisation de l’allocation adultes handicapés (AAH) a été rejetée jeudi 7 octobre par l’Assemblée nationale. Toute l’opposition soutenait pourtant l’initiative du Républicain Aurélien Pradié, contre la majorité présidentielle. L’individualisation de l’AAH sera de nouveau discutée au Sénat le 12 octobre. En parallèle, le député communiste Stéphane Peu a promis que son groupe remettrait le sujet sur la table dans sa niche parlementaire du mois de décembre.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire