ONU 

Emmanuel Macron dénonce un “retour à l’âge des impérialismes”

Emmanuel Macron dénonce un

Mise à jour le 21-09-2022 à 10 h 31 – «Ne nous résignons pas à la fracture du monde», a lancé Emmanuel Macron à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies, mardi 20 septembre, en exhortant les dirigeants du monde entier à rejeter «le nouvel ordre» de division que cherche à imposer la Russie «impérialiste» avec la guerre en Ukraine.

Dans un plaidoyer tranchant avec le ton posé des discours à l’Assemblée générale des Nations unies, le président français a appelé à inventer de «nouvelles coopérations» pour relever les défis qui se posent au monde, des conflits au dérèglement climatique en passant par les pandémies. Cet impératif est rendu d’autant plus urgent par la guerre en Ukraine initiée par la Russie et son président Vladimir Poutine. Le chef de l’État a ainsi cherché à démonter l’idée que la guerre en Ukraine est un conflit régional résultant de l’opposition entre les Occidentaux et la Russie et, au-delà, le reste du monde.

Face à cela, les pays “qui se taisent aujourd’hui servent malgré eux, ou secrètement, avec une certaine complicité, la cause d’un nouvel impérialisme, d’un cynisme contemporain qui désagrège notre ordre international sans lequel la paix n’est pas possible”, selon lui.

À LIRE AUSSI >> L’industrie de défense occidentale se remobilise face à la guerre en Ukraine

À plus long terme, Emmanuel Macron prévient que cette «tentative de partition du monde renforce la tension entre les États-Unis et la Chine», notamment dans la zone indo-pacifique, l’une des priorités stratégiques de la France. Ces derniers mois, le président français a régulièrement tancé les pays restés neutres, notamment lors d’une visite en juillet au Cameroun où il avait dénoncé le silence face à la «présence hybride» de la Russie en Afrique, notamment au Mali.

Mis sous pression par la contre-offensive ukrainienne, le président russe a décidé de mobiliser des réservistes. Leur nombre pourrait s’élever à 300 000, selon le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS