La droite sénatoriale contredit Élisabeth Borne sur les licenciements

La droite sénatoriale contredit Élisabeth Borne sur les licenciementsLes chefs de la droite sénatoriale, Bruno Retailleau et Hervé Marseille, ont dénoncé mercredi les déclarations « inopportunes et sans fondement juridique » de la ministre du Travail, Elisabeth Borne qui a assuré qu’un salarié pourra bien être licencié s’il ne produit pas de pass sanitaire.

« Il est évident » que « le législateur a souhaité exclure la possibilité de licencier le salarié suspendu pour défaut de vaccination ou de présentation du pass sanitaire », soulignent-ils encore, alors qu’« à l’inverse, le texte du gouvernement couvrait entièrement ce cas et fragilisait les salariés ».

« Les déclarations récentes des ministres Elisabeth Borne (travail) et Agnès Pannier-Runacher (Industrie) pointent une volonté de revanche sur le dos des salariés », un « mépris inédit du Parlement », fustigent-ils.

À CONSULTER AUSSI >> Claude Malhuret : « Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne »

Pour « rassurer les salariés », les deux parlementaires redisent donc que « le défaut de vaccination ou l’absence de présentation du pass sanitaire est une cause de suspension du contrat de travail, certainement pas de licenciement ».

Elisabeth Borne assure toutefois que son « objectif depuis le départ est d’éviter à tout prix d’aboutir à des licenciements » et que c’est notamment « pour cela qu’au bout de trois jours de suspension du contrat de travail pour absence de pass, un entretien entre l’employeur et le salarié est prévu. Et que devront être examinées les possibilités de prise de congé, de RTT, de télétravail ou de reclassement temporaire, quand c’est possible ».

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire