Des chercheurs contestent les méfaits de la viande rouge et la charcuterie

Viande rougeMise à jour le 26/10/2019 – La consommation de viande rouge entraînerait un risque faible de développer cancers et maladies du cœur, assure l’American College of Physicians. Les chercheurs ont réanalysé des dizaines d’études et jugent les preuves incertaines.

De nombreux pays recommandent de limiter la consommation de viande rouge et de charcuterie pour prévenir cancers et maladies du coeur. Dans de nouvelles consignes, un panel de chercheurs indépendants de sept pays «conseille aux adultes de continuer leur consommation actuelle de viande rouge», c’est-à-dire une moyenne de trois à quatre portions par semaine en Amérique du Nord et en Europe.

La consigne est la même pour la charcuterie, selon ces recommandations parues lundi dans la revue Annals of Internal Medicine, publiée par l’American College of Physicians.

Avec leur nouvelle analyse, les chercheurs disent vouloir faire mûrir le domaine des recommandations nutritionnelles, qu’ils jugent représentatives d’une «vieille école» trop axée sur les bénéfices sociétaux et non individuels, afin d’aller dans le sens d’une médecine plus personnalisée.

La réduction de la consommation de viande rouge et de charcuterie est un pilier des recommandations nutritionnelles dans de nombreux pays. Le centre international de recherche sur le cancer, agence de l’Organisation mondiale de la santé, classe la viande rouge comme «cancérogène probable» et la charcuterie «cancérogène».

Comme trop souvent dans ce genre de situation personne n’est d’accord avec les analyses des chercheurs car les uns contredises les autres.

Etude sur la viande rouge : les auteurs n’avaient pas déclaré leur liens d’intérêt

Lire aussi : Viande hala ouverture d’une enquête préliminaire après la plainte de FN




Vous pourriez aussi aimer

Laisser votre commentaire

Sortir
Masquer