Les meetings électoraux, « une machine à clusters, le virus se fout de la Constitution »

Les meetings électoraux, une machine à clusters, le virus se fout de la ConstitutionLes meetings électoraux, « une machine à clusters, le virus se moque de la Constitution », a déclaré Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris, lundi 6 décembre sur franceinfo alors que les chiffres des infections à la Covid-19 sont orientés à la hausse avec une « progression de 60 % des cas constatés en une semaine ».

« C’est une machine à cluster. Le virus se moque de la Constitution. On nous explique que ce n’est pas constitutionnel de demander le pass-sanitaire » à l’entrée d’un meeting. « J’ai compris. Mais, que les gens puissent arriver en car, non vaccinés ! », s’est-il indigné.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : Le nouveau variant baptisé Omicron sud-africain est déjà en Europe

Gilles Pialoux préconise que les partis politiques s’inspirent du concert-test organisé le 29 mai à Paris avec le groupe Indochine, à l’AccorHotels Arena. ll n’y avait pas eu de « sur risque d’infection » à la Covid-19 avait conclu alors une étude. Il propose de « faire des meetings électoraux avec une recherche » sur la contamination du virus « sur le base du volontariat. Mais, là, c’est une machine à clusters », a-t-il répété.

Il a pris comme exemple les meetings de Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour qui se sont tenus ce week-end. « Il y a tout juste quelques images avec des gens masqués, mais vous voyez bien, au bout d’une demi-heure, les gens ont le masque sous le menton », souligne-t-il. « Cela m’a stupéfait », a-t-il ajouté rapporte francetvinfo.fr

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title