Selon une étude israélienne, l’aspirine pourrait protéger contre la COVID-19

Selon une étude israélienne, l’aspirine pourrait protéger contre la COVID-19Les personnes prenant de petites doses d’aspirine ont 29 % de chances de moins d’être testées positives et celles qui attrapent la maladie guérissent plus vite.

« Nous sommes très heureux de constater une forte réduction du nombre de personnes dépistées positives à la maladie et cela donne l’indication prometteuse que l’aspirine, un médicament qui est si connu et si peu cher, pourrait aider à combattre la pandémie », a confié Milana Frenkel-Morgenstern, de l’université Bar-Ilan, au Times of Israel.

En plus de conclure que les personnes qui prennent de l’aspirine – un médicament développé il y a plus de 120 ans – ont moins de chance d’attraper le coronavirus, Frenkel-Morgenstern a révélé une autre conclusion « importante » : Les personnes qui prennent de l’aspirine et qui sont testées positives à la COVID-19 ont généralement une maladie plus courte – d’environ deux jours – et ils sont moins touchés par d’éventuelles séquelles du coronavirus.

À LIRE AUSSI >> Les odeurs d’une voiture neuve pourrait être dangereuse pour la santé

L’étude sur l’aspirine s’est concentrée sur les personnes prenant des doses minimales d’aspirine – 75 milligrammes – pour prévenir les maladies cardiovasculaires sans qu’elles en soient pour le moment atteintes.

« Le fait que nous avons constaté, c’est que l’avantage de l’aspirine ne se limite pas seulement à la probabilité de l’infection, mais à la durée de la maladie également », a-t-elle déclaré.

Elle a malgré tout déconseillé toute pratique d’automédication par l’aspirine.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire