Des quartiers entiers barricadés par les dealers à Marseille

Des quartiers entiers barricadés par les dealers à MarseillePar crainte de la police ou d’éventuels concurrents hostiles, les dealers barricadent certains quartiers de Marseille à l’aide de points de contrôle, filtrant les entrées et empêchant les non-résidents de rentrer.

Dans la cité phocéenne, l’autorité policière s’arrête parfois aux portes de certains quartiers. Devant des points de contrôle, des dealers contrôlent tous ceux qui passent, y compris les habitants de longue date comme Amine Kessaci qui vit dans la cité de Frais-Vallon: «Il y a 15 jours, à Frais-Vallon, je voulais accéder à un immeuble et l’on m’a refusé l’accès parce que le jeune qui est là depuis seulement dans le réseau depuis 2 ans m’a dit, ‘tu n’habites pas dans la tour, tu ne rentres pas’. Sauf que moi ça fait 18 ans que je vis à Frais-Vallon», assure le président de l’association Conscience, fondée en juillet 2020, qui se bat pour améliorer les conditions de vie dans les quartiers défavorisés partout en France.

À LIRE AUSSI >> Rodéos urbains : Marseille utilise une nouvelle stratégie après la condamnation de l’État

Ces points de contrôle (checkpoints) permettraient de gêner l’arrivée de la police, mais également d’empêcher celle de concurrents hostiles. Selon les estimations policières, il y aurait une quarantaine de point de contrôle aujourd’hui à Marseille !

Pourquoi ces points de contrôles ne sont-ils pas systématiquement démontés par les forces de l’ordre ? Y a-t-il un laissé faire en délaissant dans ces conditions les habitants des quartiers concernés.

“Marseille ressemble de plus en plus à la Libye ou à Alger”, indique Jordan Bardella.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS