Le monde face aux pandémies avec le réchauffement climatique

Le monde face aux pandémies avec le réchauffement climatique« Notre étude est dense et technique, mais les résultats sont effroyables et urgents ». Sur Twitter, les mots du biologiste Colin J. Carlson, enseignant chercheur au Center for Global Health Science and Security de l’Université de Georgetown au USA, se révèlent glaçants pour l’avenir de la planète.

« Alors que le changement climatique refaçonne la vie sur Terre, il peut également devenir le principal vecteur du risque de pandémie », écrit Colin J. Carlson.

On connaît Zika, la dengue, le paludisme, le chikungunya, qui sont transmis par les moustiques . Mais, aujourd’hui, au moins 10 000 espèces de virus, dont la grande majorité circule pour l’heure « silencieusement » chez les mammifères, sont en mesure d’infecter les être humains, craignent les auteurs.

Les chauves-souris y jouent un rôle central, précisent les chercheurs « en raison de leur capacité de dispersion unique » à travers le monde. C’est d’abord par ces petits mammifères, porteurs de pathogènes comme les coronavirus, que ces derniers pourraient infecter l’homme via un animal hôte. Les chercheurs indiquent que les chauves-souris d’Asie du sud-est seront en particulier sujettes à ces transmissions.

À LIRE AUSSI >> Pour sauver la planète, arrêter de se reproduire, “faire des enfants, c’est égoïste”

Colin Carlson juge qu’il est trop tard pour inverser la tendance, la simulation faite par les chercheurs montre que les virus ont déjà commencé à être brassés. Il y a un « besoin urgent d’associer les efforts de surveillance et de découverte virale à des enquêtes sur la biodiversité », écrivent les auteurs de l’étude. Mais il faut aussi « préparer nos systèmes de santé » à l’émergence de maladies.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS