Les zones 30 créées il y a trente ans et pas toujours respectées

Zone 30 km/hPour Anne Lavaud, la déléguée générale de la Prévention routière, les zones 30 en agglomération sont une bonne arme de sécurité routière. Il a depuis été complété avec les « zones de rencontres » où voitures, vélo et piétons, tous limités à 20 km/h, peuvent se croiser.

L’Europe a pris en 2011 une résolution pour « recommander vivement » le 30 km/h en ville de manière à protéger les usagers les plus vulnérables.

Il faut savoir qu’a 30 km/h, sur route sèche avec de bons pneus, on parcourt 13,5 mètres entre le moment où l’on souhaite s’arrêter et le moment où le véhicule s’arrête. A 50 km/h, on parcourt 27,5 mètres, soit une distance deux fois plus longue.

Côté visuel à 30 km/h, on voit à 120 degrés, à 50 km/h on ne voit plus qu’à 90 degrés. Les études montrent qu’en milieu urbain, quand la vitesse est limitée à 50 km/h, on roule en fait à 18,9 km/h de moyenne contre 17,3 km/h quand les panneaux indiquent 30 km/h. Au final, on perd donc 6 secondes par kilomètre. Ce n’est rien.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire