Le projet «pharaonique» de «ville nouvelle» sur des terres agricoles

La construction de 1 270 logements pourrait débuter d’ici quelques mois sur la « zone d’aménagement concertée » (Zac) de Villeray, un terrain de 36 hectares, situé à proximité du cimetière de Saint-Pierre-du-Perray.

Porté par l’État, ce projet à 36 millions d’euros est jugé « pharaonique » par certains, qui dénoncent une « bétonisation excessive » qui « impacterait fortement l’environnement, le quotidien et la santé » des riverains.

Récemment, un collectif a lancé une pétition en ligne pour « repenser » l’aménagement de cette zone et pour demander « un référendum local afin que les citoyens concernés donnent leur avis ». »

« Pourquoi pas construire mais il faut le faire de manière intelligente, complète Marie-France Ducroquet, conseillère municipale d’opposition (divers gauche) à Saintry – une commune limitrophe – qui a rejoint le collectif avec d’autres membres de son groupe. »

LIRE AUSSI >> La biodiversité menace l’Homme mais l’Homme menace la biodiversité

Le projet de la Zac de Villeray a, lui, été initié par l’ancienne maire de Saint-Pierre-du-Perray en 2014. » Le référendum local, l’édile assure ne pas y être opposé, « mais il faut poser les bonnes questions ».

« Je ne suis pas pour construire pour construire », insiste-t-il, tout en rappelant qu’il a actuellement 2 200 demandes de logements en attente dans sa commune.

Sur le vaste champ, les immeubles et les pavillons devraient bientôt remplacer les céréales qui y sont encore cultivées. La construction de 1 270 logements pourrait débuter d’ici quelques mois sur la « zone d’aménagement concertée » (Zac) de Villeray, un terrain de 36 hectares, situé à proximité du cimetière de Saint-Pierre-du-Perray.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire