L’interdiction de la corrida bientôt examinée à l’Assemblée nationale

L’interdiction de la corrida bientôt examinée à l’Assemblée nationaleSi une très grande majorité de Français se déclarent favorables à l’interdiction de la corrida, ce n’est pas le cas dans certains endroits, où cette pratique est ancrée dans l’histoire. « Mais il est interdit d’interdire. (…) Moi, j’aime les taureaux, laissez-moi mes taureaux », réagit avec véhémence le gardien des arènes d’Arles (Bouches-du-Rhône), Jean-Louis Aymé.

C’est Aymeric Caron, député LFI, qui porte ce projet de loi. Il dénonce la maltraitance animale qu’engendre cette pratique où les taureaux sont mis à mort.

À Arles, de nombreux habitants ne souhaitent pas voir la corrida être interdite. « Il y a des moments un peu difficiles dans ce que l’on pourrait dire, une forme de spectacle pour certains.

À CONSULTER AUSSI >> Nîmes : la mairie aide la corrida en offrant la somme de 200 000 €

Mais bon, il y a tellement de choses pus graves que ça. C’est la tradition, argumente un habitant de la ville. Pour les militants anti-corridas, cette interdiction est attendue depuis très longtemps. « Nous, on attend ça depuis des années », affirme Dominique Arizmendi, membre de l’association « No corrida ». L’interdiction de la pratique pourrait être débattue le 24 novembre à l’Assemblée nationale.

La corrida est interdite sur le territoire nationale sauf pour quelques villes. Il faut arrêter cette spécificité pour cause de maltraitante et de mise à mort du taureau. Dans un registre aussi cruel; pourquoi ne pas revenir au temps des gladiateurs avec mise à mort ! Lorsque les traditions ne sont pas conformes aux lois, il faut les interdire.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS