Alpes-Maritimes : «impunité» des gens du voyage le maire fait cesser les contrôles d’attestations

Sébastien Leroy estime que l’État ferme les yeux sur l’installation illégale de gens du voyage sur sa commune. Depuis l’arrivée ces derniers jours d’une colonne de caravanes de gens du voyage dans sa ville, le maire (LR) Sébastien Leroy de Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes) dénonce l’absence de contrôles et l’«impunité totale» donnée par les services préfectoraux.

Dénonçant une rupture d’égalité de traitement entre citoyens, l’élu a ainsi décidé que la police municipale ne procéderait plus aux contrôles d’attestations, et se contenterait de vérifier le port du masque et le respect du couvre-feu.

Interrogé par Le Figaro, Sébastien Leroy détaille la situation : «Pour la deuxième fois en un mois, une zone commerciale de Mandelieu est envahie et prise en otage par ces gens, arrivés de loin alors que nous sommes soi-disant en confinement national».

Constatant une «rupture d’égalité entre citoyens» sur le respect de la politique sanitaire particulièrement stricte, Sébastien Leroy a donc décidé de ne pas enfoncer le clou pour les Mandolociens, et a demandé à sa police municipale de ne plus verbaliser pour les non-respects des déplacements, se concentrant uniquement sur le port du masque et le couvre-feu.

Les forces de l’ordre n’ont en revanche pas pu aller plus loin, admet-elle, soulignant que «les gens du voyage s’installent souvent sur un terrain communal, et savent qu’on ne pourra pas les en déloger, car on ne peut le faire que si la commune respecte par ailleurs ses obligations légales».

«Avec cette loi, la préfecture devient une agence de voyages» se chargeant de trouver un endroit à des gens du voyage parfois tatillons, raille Sébastien Leroy, qui dit «appeler solennellement à l’abrogation» du texte, qui empêche toute solution adaptée aux impératifs locaux sur le sujet.

Il faut que les maires et préfets puissent agir dans les 24 heures afin de faire déloger par la force ses personnes qui ne respectent pas le droit privé et la Loi d’une manière générale.



Inscrivez-vous à notre lettre d’information
Votre courriel:

Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire