L’offre française de 12 sous-marins conventionnels restait « sur la table»

L'offre française de 12 sous-marins conventionnels restait « sur la table»

Au lendemain d’une rencontre avec le Premier ministre australien, le chef de l’État a indiqué que l’offre française de 12 sous-marins conventionnels restait «sur la table», plus d’un an après que l’Australie se soit retiré de ce mégacontrat.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré jeudi à Bangkok que l’offre de coopération française sur les sous-marins avec l’Australie restait «sur la table». «Elle est connue, elle reste sur la table», a-t-il dit, rappelant qu’il s’agissait de sous-marins à propulsion conventionnelle, au lendemain d’un entretien avec le Premier ministre australien Anthony Albanese en marge du sommet du G20 à Bali.

La conclusion de l’alliance AUKUS entre l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni avait conduit Canberra à annuler en 2021, un mégacontrat pour l’acquisition de douze sous-marins conventionnels français, qui auraient été construits en Australie.

À CONSULTER ÉGALEMENT >> La France va acquérir de nouveaux matériels pour protéger ses câbles sous la mer

L’Australie a décidé d’acheter à la place des sous-marins à propulsion nucléaire américains ou britanniques, un changement majeur pour un pays aux faibles capacités nucléaires. Mais, la livraison de ces sous-marins risque de prendre du temps alors que les Australiens doivent rapidement renouveler leurs capacités face à une Chine à l’influence grandissante dans la région.

Le chef de l’État a rappelé que la France ne livrait pas de sous-marins à propulsion nucléaire à l’étranger et que l’offre restait donc conventionnelle. La solution française offre à l’Australie une alternative qui garantit sa «liberté et souveraineté», a-t-il pointé, en rappelant que les sous-marins auraient été construits chez elle.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS