Rolls Royce jette l’éponge, le motoriste britannique a créé la surprise

Rolls Royce jette l'éponge, le motoriste britannique a créé la surpriseRolls Royce jette l’éponge, le motoriste britannique a créé la surprise. Le motoriste britannique a créé la surprise, jeudi, en annonçant qu’il se retirait de la course pour équiper les futurs avions de taille moyenne que veut développer Boeing, faute de pouvoir respecter les délais.

Rolls Royce préfère se concentrer sur le développement de son moteur de prochaine génération, l’UltraFan, qu’il espère mettre au point d’ici au milieu des années 2020. Il a porté à près de 800 millions de livres sur l’année écoulée la charge inscrite à ce titre dans ses comptes, soit 236 millions de plus qu’au premier semestre, reflétant sa contribution aux surcoûts de ses clients.

Un malheur n’arrivant jamais seul, le britannique a aussi essuyé une charge exceptionnelle de près de 200 millions de livres liée à l’arrêt de l’A380, le très gros porteur d’Airbus, qu’il équipait au moyen de ses moteurs Trent 900.

Une aubaine pour l’attelage franco-américain Safran-GE : Pratt & Whitney étant par ailleurs mal parti, ils se retrouvent en pole position pour espérer remporter le contrat.

Les coûts totaux qu’il devrait supporter sur ce front devraient atteindre environ 1,5 milliard de livres entre 2017 et 2022, soit 100 millions de plus que prévu. Quant à la restructuration annoncée en juin dernier et visant à supprimer 4.600 postes administratifs sur deux ans (pour chercher à économiser 400 millions par an à partir de la fin 2020), elle a occasionné des charges supplémentaires par rapport à ce qui était prévu.

A lire également : Fondations et associations s’unissent pour dénoncer les excès de pratique de la chasse




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire