Pour le député Benjamin Haddad, le placement d’Edouard Philippe sous statut de témoin assisté est « inquiétant »

Pour le député Benjamin Haddad, le placement d'Edouard Philippe sous statut de témoin assisté est « inquiétant »  «On assiste à une forme de judiciarisation de l’action publique, qui représente un précédent inquiétant», selon Benjamin Haddad, porte-parole du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale et député de Paris.

Il réagissait sur franceinfo samedi 22 octobre au placement d’Edouard Philippe – ancien Premier ministre – sous le statut de «témoin assisté» par la Cour de justice de la République dans l’enquête sur les responsabilités de l’exécutif dans la gestion de la Covid-19.

Pour le député, le fait que ce dossier se retrouve devant la justice n’est pas justifié : «Il peut y avoir des erreurs qui méritent d’être débattues sur le plan politique – je rappelle que l’action publique se fait aussi dans un cadre légal – mais considérer qu’il faut avoir une réponse judiciaire ici, je crois que ça représente un précédent sur lequel on peut s’interroger». Je pense que d’aller devant une Cour de justice et d’en tirer une réponse judiciaire plutôt qu’une réponse politique ou administrative, soulève une question.

À LIRE AUSSI >> “Ce n’est pas le pays qui est machiste, c’est sa classe politique”

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS